Menu

Je me souviens de mon enfance au Québec

16 février 2017 - Quand j'étais minot
Je me souviens de mon enfance au Québec

Je n’avais encore que 4 ans lorsque mon père a été affecté au Québec dans le cadre de sa profession. Ma mère et moi l’avons suivi dans cette aventure qui a duré 8 ans. J’ai vécu une bonne partie de mon enfance dans cette province du Canada et je m’en souviens encore comme si c’était hier…

Notre quartier

Nous avons vécu pendant 8 ans à Charlesbourg, un des arrondissements de Québec ville. Cet arrondissement se trouve à l’ouest de l’arrondissement de Beauport, à l’est des arrondissements de La Haute-Saint-Charles et Les Rivières et au nord du fameux arrondissement de La Cité-Limoilou. C’est plus précisément dans le quartier Notre-Dame-des-Laurentides que nous habitions, ce quartier très paisible où l’air est pur.

J’allais à l’école primaire du Boisé, d’abord dans le premier pavillon sur la rue Jacques-Bédard puis dans le second pavillon qui se trouve sur la rue Moïse-Verret. Mes parents étant de fervents catholiques, nous allions tous les dimanches à la vieille église Notre-Dame-des-Laurentides édifiée en 1905. Nous avons eu beaucoup de peine en apprenant que deux adolescents imprudents avaient mis le feu à cette église en 1991. Forte heureusement, les paroissiens n’ont pas lésiné sur les moyens pour la reconstruction de l’église inaugurée plus tard en 1993.

Divers lieux touristiques

Je me souviens encore de ces belles journées où j’arpentais les rues en toute sérénité avec mes amis. Nous nous promenions à travers le quartier à bicyclette les jours où je n’avais pas de devoirs à faire et pendant les vacances. C’était le bon vieux temps ! Pendant les grandes vacances, mes parents et moi visitions les nombreux lacs, les collines boisées et les parcs qui se trouvent dans le quartier. Mais nous ne nous contentions pas d’explorer uniquement le quartier, car nous allions visiter également les parcs des autres quartiers de l’arrondissement. Les années où nous pouvions nous le permettre, nous voyagions plus loin pour découvrir notamment la colline de Québec, le Mont Bélair, la rivière Saint-Charles, le pont de Québec, le parc de la Chute-Montmorency, etc.

L’adaptation

J’avais quand même eu beaucoup de mal à m’adapter au climat de cette province du Canada, car je tombais souvent malade à notre arrivée. Nous n’habitions certes pas dans le Grand Nord du Québec mais cinq mois d’hiver à supporter, ce n’était pas évident au début. Pourtant, pendant 8 ans il fallait bien s’y faire à ce rude hiver québécois et c’est ce qui était arrivé. L’été, en revanche, il fait chaud mais l’air est humide.

Côté langue, mes parents et moi n’avons généralement eu aucun souci vu que le Québec est considéré comme le berceau de la civilisation française en Amérique. C’est aussi la région qui se trouve la plus au nord parmi tous les territoires francophones. Il reste tout de même quelques autochtones qui parlent anglais et comme j’apprenais cette langue à l’école, je m’en sortais plutôt bien. Mes parents ont eu un peu plus de mal à délier leur langue au départ mais avec le temps tout allait pour le mieux. Pour moi, le Québec est ma seconde terre et j’y retourne souvent pour me ressourcer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *