Menu

Je me souviens des virées à moto avec mon oncle Robert

26 février 2015 - Passion
Je me souviens des virées à moto avec mon oncle Robert

Je me souviens encore des belles virées à moto que mon oncle Robert et moi faisions les soirs où il venait à la maison pour discuter avec mon père. Il avait en ce temps-là une belle Honda avec un moteur puissant qui suscitait en moi une telle admiration et une telle passion.

D’ailleurs, il était bien au courant de mon extase pour les deux-roues (les grosses cylindrées en particulier !), tellement je lui rabâchais les oreilles à ce propos à chaque fois qu’on avait la chance de se rencontrer ! Je lui ai même extorqué la promesse qu’il m’emmène faire une petite virée à moto, au moins une fois toutes les semaines. Les copains en étaient verts de jalousie, chaque fois que je leur annonçais que mon cher oncle m’emmènerait ce soir !

Je ne saurais décrire la joie qui m’illuminait à chaque fois que j’entendais le bruit de sa moto qui résonnait dans la petite allée qui menait à la maison. J’avais des ailes sur le chemin du retour de l’école, les jours où je savais par ma mère que mon oncle Robert allait venir ! Je finissais en un éclair toutes mes corvées, j’expédiais en un clin d’œil tous mes devoirs, je mettais mon casque pour moto shark car c’étaient là les conditions pour que je puisse faire un tour en moto !

Je me souviens encore de la fraîcheur du vent qui me caressait le visage lorsqu’on prenait de la vitesse, mais aussi des taches de larmes blanches (à cause du vent) qui partaient de mes yeux et traçaient une jolie ligne vers l’arrière. Je n’oublierais jamais la sensation de liberté et la puissante montée d’adrénaline qui m’assaillait pendant que la moto filait sur les routes.

Il est vrai qu’aujourd’hui je possède ma propre moto, une Honda (évidemment !) CB 400 Super Four Special Edition, mais les virées avec mon oncle Robert avaient vraiment un goût spécial. Ces moments resteront gravés dans ma mémoire, et demeureront à jamais de bons souvenirs qui me rappelleront toujours la merveilleuse personne qui m’a initié aux joies de la moto !

Il est d’ailleurs dommage que mon oncle Robert ne puisse plus faire de la moto (et oui, il est trop âgé aujourd’hui et ses rhumatismes l’en empêchent), sinon quel plaisir ce serait de faire de belles balades aujourd’hui avec mon meilleur pote de virée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *